Violent séisme au Chili, un million de personnes évacuées

XVM0f7beaf4-5cf7-11e5-977b-7a29322c0e54

Au moins cinq personnes sont mortes. La secousse de magnitude 8,3, soit une intensité très élevée, a entraîné une alerte au tsunami pour l’ensemble des côtes mais aussi pour la Polynésie française.

Le centre du Chili a été frappé mercredi soir par un puissant séisme d’une magnitude de 8,3 sur l’échelle de Richter, selon l’Institut américain de géologie. Le tremblement de terre a été enregistré peu après 19 heures locales en mer, non loin d’Illapel, ville de 31.000 habitants où plusieurs logements ont été endommagés et l’électricité coupée, selon le ministre de l’Intérieur.

 

À ce stade, cinq victimes ont été recensées par les autorités chiliennes, à Maipu, Valparaiso, Monte Pacha et Illapel. L’une des victimes est une femme de 25-30 ans frappée par la chute de la corniche d’une maison dans la ville d’Illapel, proche de l’épicentre du séisme. Une autre serait décédée d’un infarctus dans la ville de Maipu près de la capitale Santiago du Chili. Les anciennes maisons construites en adobe représentent les risques les plus importants de destruction comme l’a montré le seisme de 2010. Au total, un million de personnes ont été évacuées dans le pays, où l’alerte au tsunami est maintenue, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

La présidente Michelle Bachelet est intervenue dans la soirée devant la presse. «Les moyens de secours ont été mis très rapidement en place et nous avons décidé l’évacuation de la zone côtière à cause des risques de Tsunami, a déclaré la présidente Michelle Bachelet. C’est dur pour les personnes qui ont dû quitter leur logement mais c’est leur vie qui était en jeu. Nous étudions l’éventualité de déclarer l’Etat d’exception (dans certaines région du pays). Les activités scolaires sont suspendues pour la journée de demain. Je me déplacerai demain dans la quatrième région».

 

Alerte au tsunami jusqu’en Polynésie française

L’île de Pâques, à 3750 kilomètres au large, devait elle aussi être évacuée, tandis qu’une alerte au tsunami était émise dans le Pacifique, côté asiatique, concernant surtout la Polynésie française.

La compagnie minière publique chilienne Codelco, plus importante productrice de cuivre au monde, n’a rapporté aucun dégât important, ni blessé parmi ses employés, disant dans un communiqué «garder ses systèmes de surveillance actifs face à cette alerte sismique».

La Capitale chilienne, Santiago du Chili, a été fortement secouée par le séisme provoquant un début de panique parmi les 6,6 millions d’habitants. Sur la côte, le maire de Coquimbo a rapporté sur CNN Chile que les vagues su Tsunami avaient atteint le centre-ville de sa cité.

 

La secousse a été suivie de nombreuses répliques et a été ressentie jusqu’à Buenos Aires, à 1400 kilomètres de là. Dans la capitale argentine, l’aéroport a été évacué par précaution. Le séisme a également été ressenti dans plusieurs régions de l’Argentine, comme Catamarca et Tucuman (nord), Mendoza (ouest) et Cordoba (centre).

Le Chili est situé sur ce que les géologues appellent la ceinture de feu du Pacifique, où l’activité sismique est particulièrement intense. En février 2010, un séisme de magnitude 8,8 suivi d’un tsunami avait ravagé des villages entiers du littoral du centre-sud du Chili, faisant 523 morts et 24 disparus, et causant pour 30 milliards de dollars de dégâts.

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr/

Please follow and like us: