Point sur l’enneigement dans les massifs français au 18 février 2015

La crête du Grand Armet, dans le sud de l

Depuis la mi-janvier, plusieurs épisodes neigeux ont touché les massifs montagneux français. Ils ont apporté de la neige en quantités très variables selon les massifs, souvent en abondance.
Mi-février, l’enneigement est partout proche des normales, supérieur dans certains massifs. Par ailleurs, le vent a souvent fortement agi sur cette neige froide d’hiver : la neige de surface est très souvent compacte et les zones exposées au vent dégarnies.

Dans les Alpes, l’enneigement est globalement conforme aux normales, avec toutefois dans certains massifs soit un léger déficit soit un léger excédent.
Dans les Pyrénées, l’enneigement est partout très largement excédentaire, grâce à l’épisode neigeux exceptionnel de fin janvier-début février.
En Corse, l’enneigement est désormais tout à fait conforme aux normales.
Dans les massifs de moyenne montagne, il reste bon grâce aux très importantes chutes de neige de fin janvier-début février.

Alpes du Nord

Plusieurs épisodes neigeux se sont produits durant ces dernières semaines. Ils ont apporté des quantités de neige variables selon les massifs mais ont permis à l’enneigement de retrouver globalement des valeurs de saison. On relève toutefois un déficit modéré (autour de 30 %) dans les massifs de Maurienne, Beaufortin, Vanoise et Haute-Tarentaise. À l’inverse, les massifs de Haute-Maurienne et de l’Oisans connaissent un léger excédent (d’environ 15 %).
L’enneigement en versant nord débute le plus souvent entre 500 et 800 m d’altitude. À 1500 m, l’épaisseur de neige au sol est souvent comprise entre 80 cm et 1,20 m, mais entre 50 et 65 cm seulement en Savoie. À 2000 m, elle est généralement comprise entre 1,30 m et 1,70 m, tandis qu’elle se situe autour de 1 m dans les massifs de Savoie et celui du Mont-Blanc. À plus haute altitude, les quantités augmentent, avec entre 1,40 m et 2,40 m de neige selon le massif.
En versant sud, l’enneigement débute entre 800 et 1000 m d’altitude. À 1500 m, l’épaisseur de neige au sol se situe souvent autour de 50 cm, mais autour de 30 cm dans les massifs du Mont-Blanc, Maurienne, Vanoise et Haute-Tarentaise. À 2000 m, l’enneigement plafonne autour de 70 cm dans ces massifs ainsi que ceux de Haute-Maurienne et des Grandes Rousses, tandis qu’il se situe autour de 1 m ailleurs. À plus haute altitude, il tourne autour de 1,50 m, un peu moins toutefois en Savoie.
Par ailleurs, le vent a très souvent durci la neige et dégarni les zones exposées. En outre, le soleil humidifie en journée la neige à basse altitude et à plus haute altitude dans les versants bien ensoleillés.

Alpes du Sud

Plusieurs épisodes neigeux se sont produits durant ces dernières semaines, dont quelques-uns lors de situations météorologiques dites de « retour d’est ». Elles ont donné des chutes de neige particulièrement abondantes près de la frontière italienne.
L’enneigement est actuellement partout conforme aux normales jusque vers 2000 m d’altitude. Plus haut, il est excédentaire, généralement d’environ 30 % mais plus encore, autour de 60 %, près de la frontière italienne et dans le massif du Dévoluy.
L’enneigement en versant nord débute entre 1000 et 1200 m d’altitude. À 1500 m, l’épaisseur de neige au sol est partout comprise entre 50 cm et 70 cm. À 2000 m, elle se situe souvent autour de 1 m, tandis qu’elle atteint 1,30 m ou plus dans les massifs du Champsaur et du Mercantour. À plus haute altitude, les quantités augmentent, avec entre 1,40 m et 2,40 m de neige selon le massif.
En versant sud, l’enneigement débute entre 1300 et 1500 m d’altitude. À 1500 m, l’épaisseur de neige au sol se situe entre 0 et 20 cm. À 2000 m, l’enneigement est souvent compris entre 70 et 90 cm, mais entre 50 et 60 cm dans les massifs de l’Embrunais-Parpaillon, de l’Ubaye et du Haut-Var/Haut-Verdon. À plus haute altitude, l’enneigement est le plus souvent compris entre 90 cm et 1,30 m.
Comme dans les Alpes du Nord, le vent a très souvent durci la neige et dégarni les zones exposées. Le soleil humidifie également en journée la neige à basse altitude et à plus haute altitude dans les versants bien ensoleillés.

Corse

Grâce aux chutes de neige qui se sont succédé du 14 au 17 février, l’enneigement est maintenant tout à fait conforme aux normales.
Il débute vers 1000 m d’altitude en versant nord, 1400 m en versant sud. L’épaisseur de neige en versant nord atteint 1 m à 1500 m, 1,60 m à 2000 m. En versant sud, ces quantités sont à peine inférieures.
Si la neige reste généralement froide et poudreuse au-dessus de 1800 m environ, le soleil la rend lourde, humide et collante en journée en dessous de cette altitude.
Quelques valeurs relevées par les stations automatiques d’altitude Nivôse dans le massif du Cinto-Rotondo :
– 1,80 m à la Maniccia (2350 m)
– 65 cm à Sponde (2000 m).

Pyrénées

L’enneigement, correct durant le mois de janvier, est devenu très excédentaire grâce aux importantes chutes de neige qui se sont produites les 31 janvier et 1er février.
L’abondance de l’enneigement est générale à basse altitude. Même si depuis le week-end des 14 et 15 février la neige a fondu dans les plus basses vallées, on peut encore skier dès 900 m dans la plus grande partie des Pyrénées (1400 m sur l’est de la chaîne).
À 1500 m d’altitude, les hauteurs de neige sont de 50 cm dans l’est de la chaîne, 80 cm dans la partie centrale et plus de 1 m dans la partie ouest. À 1800 m, elles sont de 1,20 m dans l’est et le centre et de près de 2 m dans la partie ouest. Cela représente le double de la moyenne à cette saison.
Au-dessus de 2000 m, domaine de la haute montagne, l’enneigement est également excédentaire mais de façon moins remarquable.
Quelques valeurs relevées par les stations automatiques d’altitude Nivôse :
– 3,00 m à Soum Couy (2150 m en Aspe-Ossau)
– 2,20 m à Lac d’Ardiden (2450 m en Haute-Bigorre)
– 2,60 m à Hospitalet (2300 m en Haute-Ariège).

La vallée du Bergons, au-dessus de Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées), le 17 février 2015

La vallée du Bergons, au-dessus de Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées), le 17 février 2015.

Vosges, Jura, Massif central

Dans ces trois massifs, l’enneigement, quasi inexistant il y a un mois, est devenu très bon grâce aux fortes chutes de neige qui se sont produites depuis.

Dans les Vosges, la neige est présente à partir de 500 m d’altitude environ. La couche atteint 10 à 30 cm à 600 m, 45 à 50 cm à 800 m et 60 à 80 cm à 1000 m. Plus haut, elle est comprise entre 80 cm et 1 m.

Dans le Jura, le manteau neigeux conserve une bonne épaisseur. Il est présent à partir de 600 ou 700 m d’altitude. L’épaisseur de neige est de 15 à 40 cm à 800 m, 50 cm à 80 cm à 1000 m et 60 cm à 1,20 m à 1200 m.
Avec la douceur des températures en journée, l’enneigement devient très irrégulier entre les secteurs abrités et ceux exposés au soleil ou au vent. La neige en surface est croutée le matin, puis s’humidifie en journée.

Dans le Massif central, les dernières chutes de neige, 20 à 40 cm, datent du week-end des 14 et 15 février. L’enneigement reste donc bon, débutant en général vers 900 m d’altitude.
Dans les Monts Dore, l’épaisseur de neige en versant nord est voisine de 50 cm à 1300 m et 1,30 m à 1500 m.
Dans le Cantal, en versant ouest, elle atteint à 1200 m 1 m à 1,30 m. En versant nord, elle est d’environ 40 cm à 1000 m, 90 cm à 1300 m et atteint un maximum de 1,8 m à 1400 m. Toutefois, près des sommets et sur les crêtes d’altitude, l’enneigement est très irrégulier en raison du vent qui a transporté la neige.

Source :meteofrance.fr

Please follow and like us: