Le Nord de Tahiti inondé

 

Les fortes intempéries qui ont touché Tahiti le week-end dernier ont généré des inondations, de Arue à Papeete, et au lycée-collège de Taaone, à Pirae. D’autres épisodes étaient attendus hier soir, mais aussi en fin de semaine. Météo-France appelle à la vigilance.

Rester vigilant. C’est ce qu’explique Météo- France de Faa’a, après les fortes intempéries qui se sont abattues sur Tahiti dans la nuit de vendredi à samedi derniers et dans la journée de samedi. Même si on ne déplore aucune catastrophe. D’autant que de nouvelles averses étaient attendues hier soir au fenua. Un bénévole, qui récolte des données météorologiques sur Papeete, a enregistré 128 mm de pluie tombée. « C’est très important, explique un prévisionniste de Météo-France. Nous subissons la zone de convergence Pacifique Sud (ZCPS). C’est une situation classique de saison chaude, qui nous donne la saison des pluies. » Le phénomène qui s’est abattu le week-end dernier n’a concerné presque exclusivement que le nord et les communes de Papeete, Pirae et Arue, qui n’ont relevé aucun dommage important, à l’exception d’un accident de voiture à Hitiaa o te Ra.

 

Coupures. Un automobiliste, âgé de 20 ans et seul à bord, a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté un muret de clôture. Il est parti en tonneaux dans une propriété. L’homme est resté coincé dans le véhicule avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital du Taaone. Son pronostic vital n’est pas engagé. A Papara, les sapeurs-pompiers ont été sollicités à plusieurs reprises pour des arbres tombés, une rivière en crue et de l’eau qui a pénétré dans des habitations. Mais également pour des poteaux électriques cassés ce qui a occasionné des coupures de courant chez les particuliers. EDT a installé un groupe électrogène le temps de finir les réparations. « C’est un flux de direction nord-ouest, chaud et humide », explique Météo-France. Les nuages qui arrivent s’accrochent en fait sur les reliefs de la zone urbaine. C’est ce qui génère, en deux heures, comme cela a été le cas le week-end dernier, de « fortes intensités de précipitations ». C’est parce que le flux venait du nord-ouest que justement la Presqu’île a été épargnée par ce phénomène.

Après deux journées calmes, dimanche et hier, on craignait à Météo- France que la situation ne se dégrade de nouveau dès le soir, pour quelques jours. Un phénomène dépressionnaire, qui pourrait survenir d’ici le week-end prochain, est effectivement en train d’être observé par les météorologistes. Pour autant, son évolution reste encore incertaine, les données n’étant pas encore suffisantes pour en déduire son intensité. Même si ce phénomène peut se creuser sur Tahiti, « ce qui engendrerait de forts vents à venir », rien n’établit que cette situation va évoluer en dépression tropicale. Néanmoins, à l’heure actuelle, cela reste « une zone perturbée assez classique ». Au-delà de ces prévisions à court terme, faut-il rappeler que le Pacifique est cette année sous l’influence d’El Niño, dont les caractéristiques sont le réchauffement de l’océan, une augmentation du risque de précipitations et de cyclones. « La saison des pluies, c’est chaque année, explique un prévisionniste de Météo- France. Mais El Niño contribue à favoriser cette instabilité et le risque de cyclone est plus élevé. » Mais rien ne dit qu’un tel phénomène va toucher la Polynésie française.

Source : lnc.nc

 

Please follow and like us: