La météo de septembre, un déluge d’intempéries

Illustration d'un orage.

 

La France n’aura pas cette année d’été indien. Depuis le début de septembre, la météo semble se déchaîner : vents violents, orages, tornades se succèdent provoquant de nombreux dégâts, coupures d’électricité et faisant plusieurs morts. La faute en partie à la dépression Henri, une tempête tropicale qui a circulé au large de la côte est des Etats-Unis avant de revenir sous forme de système dépressionnaire sur le nord du golfe de Gascogne. « Il arrive que l’on récupère en Europe les restes d’un phénomène cyclonique sous la forme d’une dépression comme on en connaît régulièrement au cours de l’année », explique Patrick Galois, prévisionniste à Météo France.

 

Vents, orages et tornades

Ce mercredi, Meteo France a ainsi enregistré des rafales de vent à 135km/h dans la Nièvre et en Haute-Marne, plus de 9.000 impacts de foudre au sol sur tout le pays et des précipitations équivalentes à deux mois de pluie sont tombées en l’espace de cinq jours en Ardèche. « L’automne est une saison propice à ce type d’intempéries car on est en transition entre l’air chaud encore en place et l’air froid qui commence à descendre, explique David Dumas, météorologue au centre français des tornades et orages. Ce n’est pas étonnant d’assister à ces phénomènes de septembre à novembre. »

Henri n’est donc pas le seul coupable : « Le centre de la dépression est assez éloigné de la France, précise Patrick Galois. Ce qui explique la violence des phénomènes est plutôt le contraste entre les réserves d’air chaud présentes au sol et l’air froid qui arrive de l’ouest. Ces contrastes fabriquent des nuages d’orages qui peuvent ensuite fabriquer des tornades. »La Gironde et la Charente Maritime ont ainsi vu passer beaucoup de tornades ces derniers jours. « Ce sont des régions exposées à ce type de phénomènes, ce n’est donc pas inhabituel ou étonnant », rappelle Patrick Galois. « On observe ainsi entre 50 et 100 tornades par an, mais beaucoup sont de faible intensité. » L’automne 2015 ne fait donc pas exception, si ce n’est par la force des intempéries qui a surpris après un été caniculaire.

 

Source: http://www.20minutes.fr/

Please follow and like us: